Make your own free website on Tripod.com
Accueil     |   home
                                                  
Livres
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

René DESCARTES
OEUVRES DE DESCARTES,PUBLIEES PAR VICTOR COUSIN,
Tome Premier, Paris, 1824
DISCOURS DE LA METHODE POUR BIEN CONDUIRE SA RAISON,ET CHERCHER LA VERITE DANS LES SCIENCES

René Descartes "Discours de la méthode" Édition Victor Cousin Paris, 1824. Encodé et transmis à ABU par Pierre Cubaud (cubaud@cnam.cnam.fr). Version Hypertext @Gordon Inkster (g.inkster@lancaster.ac.uk) 1994

http://tina.lancs.ac.uk/languages/users/mla002/desc.dir/methode.html

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

MATURANA, Humberto R., et  VARELA, Francisco J.(1987).The Tree of Knowledge: The Biological Roots of Human Understanding, Boston: Shambhala.

Résumé : http://www.limsi.fr/Individu/gs/Fiches/Maturana.html

Maturana Humberto et Francisco Varela 1994, L'arbre de la connaissance, Addison-Wesley France, Paris.

Arguments pour la relativité de la réalité : tache aveugle (nous ne voyons pas que nous ne voyons pas), couleurs et ombres (corrélations de noms de couleurs avec états neuronaux mais pas avec longueurs d'ondes !).

 Nous ne voyons pas les couleurs du monde, nous construisons notre propre espace chromatique. Souligne également le problème de la réflexion (l'expérience de toute chose exterieure est validée de manière particulière par la structure humaine, qui rend possible ce qui surgit dans la description).

Lien entre désignation et distinction (séparation de l'objet désigné et de son milieu). La référence implique un critère de distinction. Ce critère et l'acte de désignation font, par là même, émerger l'objet.

Autopoïèse (capacité à s'auto-produire continuellement) caractéristique du vivant. Amorçage + distinction (démarrent d'eux-mêmes et deviennent distincts de leur environnement à travers leur propre dynamique). Le seul produit des êtres vivants : eux-mêmes (il NE s'agit PAS de reproduction !).

Dérive naturelle des êtres vivants. 4 classes de changements :
* Changement d'état (pas de changement de l'organisation)
* Changement destructif (perte d'organisation, donc d'identité et de classe)
* Pertubation (interaction de l'extérieur produisant un changement d'état)
* Interaction destructive (interaction de l'extérieur produisant un changement destructif)


Importance de la sélection et de l'adaptation.

Le système nerveux ne représente pas le monde (et il ne le pourrait pas ! : il fonctionne continuellement comme un système déterminé avec une clôture opérationnelle : réseau de composants actifs dans lequel chaque changement dans les relations entre les activités conduit à d'autres changements dans les relations entre les activités). Mais attention à l'écueil opposé : le solipsisme. Différence entre interprétation d'un comportement vu de l'extérieur, et l'ensemble des actions élémentaires internes visant à établir des états permettant d'atteindre certains sous-buts (corrélations non exprimables en termes de l'extérieur). Comportement = maintien d'une corrélation interne entre différents changements (internes et externes), en particulier, corrélations entre surfaces sensorielles et surfaces motrices. Toute perception est vue comme une pertubation d'un état stabilisé du système nerveux ; le "traitement" de cette information consiste alors à rétablir l'équilibre. Distinguer l'opération d'un organisme de la description de son somportement !

Pas de solipsisme (interaction du système nerveux avec l'environnement, interactions qui déclenchent des changements structuraux modulant la dynamique des états), ni de représentationnalisme (le système nerveux ne recueille pas d'informations de l'environnement, il spécifie quelles configurations de l'environnement constituent des perturbations et quelles changements ces perturbations déclenchent dans l'organisme).

Communications : comportements coordonnés déclenchés mutuellement par les membres d'une société. (la métaphore du canal de communication est fondamentalement fausse en ce qu'elle présuppose que ce ce qui arrive à un système est déterminé par l'agent perturbateur ; or c'est déterminé autant par ce qui est émis que par l'état du "receveur".)

Langage : permet de se décrire soi-même dans une situation donnée. [Sur ce point, il me semble qu'ils disent surtout des généralités plutôt connues]. C'est grâce au, et dans le, langage que le soi émerge. La conscience donne la possibilité de voir son propre comportement à la fois de façon interne et comme observateur.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~